Discours de Zoungrana Mardiya

Discours de Zoungrana Mardiya, élèce de CM1Mesdames, Messieurs,

Avec l’autorisation de mes enseignants et enseignantes, je prends la parole, au nom de mes camarades élèves pour vous souhaiter la bienvenus et vous témoigner toute notre gratitude.
Comme le disait quelqu’un : “la culture est ce qui nous reste lorsqu’on a tout perdu’’, cela traduit l’importance de cette cérémonie pour saluer et magnifier la mémoire d’un de nos ancêtres majestueusement dressé devant nous.
Sans risque de nous tromper, l’on peut affirmer que tout hommes qui se veut digne, doit être fier de ses origines et de sa culture.


Pendant que nous pouvons relater avec aisance l’histoire de la première guerre mondiale, dire en quelle année Christophe Colomb a découvert l’Amérique, exécuter des pas de danse d’ailleurs etc…, nous ne sommes pas capables de dire avec exactitude l’ordre de succession de nos grands pères et exécuter des pas de danses de nos terroirs. Tout simplement parce que l’on a voulu ressembler à l’homme blanc.


Chefs coutumiers, majesté Naaba Saaga 1er, vous avez fait œuvre utile et nous les tous petits nous vous disons merci pour cette initiative à la valorisation de notre culture.
Notre cri d’alarme à l’endroit de nos autorités est de voir l’école Centre Filles clôturée pour protéger ce monument qui est et demeure désormais un patrimoine de la commune, sans oublier nos tables bancs des années 1963.
Ancêtre Bassanga, protège notre école ! 

Je vous remercie.

==

Discours de Zoungrana Mardiya
Elève de CM 1, représentante des élèves de l’école Centre Filles de Koudougou.
lors de la cérémonie d'inauguration du monument de Bassanga, l'ancêtre d'Issouka
Koudougou, le 9 mars 2013

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir