Articles

Journées nationales de la jeunesse catholique (JNJ)

Aoû 25 2018

La  7e édition des Journées nationales de la jeunesse catholique (JNJ)  s’est tenue du 1er au 5 août  2018 autour de conférences, catéchèses, rassemblements et activités de divertissement. Placées sous le thème « Recherche la paix dans le pays où je t’ai établis (Cf.Jr29, 7 ». Le chef traditionnel de Issouka a été invite à donner une communication sur tradition et recherche de la Paix.

Panel sur tradition et construction de la Cohésion sociale pour une paix durable

  • Au nom de sa Majesté le Moogho Naaba BAONGO, de tous ses ministres
  • Au nom de tous les garants de nos traditions de par le pays
  • Au nom de la Population de Issouka et de la ville de Koudougou
  • Au nom de nos ancêtres dont certains reposent ici Comme Mgr THEVENOU, le Père TEMPLIER et le Cardinal ZOUNGRANA 

Je vous salue traditionnellement toutes et tous !

Nous autres de la Chefferie traditionnelle commençons nos actions de grandes importances en invoquant les anciens.

Je vous donne le plan qui va guider ma petite intervention

  1. D’abord quelques notions sur la tradition
  2. Le rôle du Chef traditionnel
  3. Je termine par des petits questionnements sur vos vies et votre relation avec la tradition pour construire une cohésion sociale gage d’une Paix solide et durable.

Chers Amis,

À Issouka, comme un peu partout d’où vous venez, la tradition est cet ensemble de coutumes et de croyances ancestrales, cette manière de vivre et de penser léguées par les ancêtres. Elle commande qu’un respect soit accordé aux ainés. Car ces ainés ont appris ce contenu culturel. Ils veulent vous le transmettent si vis (si tu le veux en latin). Cette tradition commande surtout que les vieilles et les vieux soient très respectés, entourés et écoutés. Cette tradition veut que le bien d’autrui soit protégé. Cette tradition veut que le bien commun soit entretenu. La tradition commande que la vérité doit être à tout moment privilégiée au détriment du mensonge qui ronge et qui tue. La tradition commande que l’on s’adresse aux adultes avec grand respect. La tradition commande que la terre soit sacrée et ne puisse subir aucun trafic malveillant. En somme la tradition renferme un paquet de vertus qui régulent la société. Certes des traditions néfastes il en existe encore. Nous dévons les bannir car elles sont créées par certains esprits malicieux pour écarter certaines catégories de la société, jusqu’à blesser leur dignité de personne humaine. L’excision est à bannir et Issouka est très fier de dire au monde que cette pratique n’est pas dans ses traditions. La tradition doit aider à construire l’homme et non à le détruire. Voici un petit éclairage sur nos traditions. Qui veille alors sur le respect de cette tradition ? C’est le chef traditionnel. Quel est son principal rôle ?

Dans l’organisation sociétale de la cité, le chef coutumier gère l’autel familial. C’est lui qui immole et qui sacrifie pour implorer la clémence des ancêtres et leurs bénédictions sur le village. Quel est alors le rôle d’un chef traditionnel ?

Que doit faire le Chef  traditionnel ?

Le chef traditionnel doit affirmer et réaffirmer à sa population toute sa disponibilité à être présent avec elle dans les moments de joie comme de peine, dans la transparence, la sincérité, en étant un homme de paix pour porter la voix des sans-voix et les peines des plus faibles au plus haut niveau. Pour cela, chaque chef organise chaque année un Nabaasga qui n’est autre qu’une interpellation aux anciens. C’est une cérémonie de remerciements, de reconnaissance. Nous vous invitons à chaque fois à vous joindre à nous. Me concernant j’effectue trois sorties, la première en rouge pour signifier mon engagement total jusqu’au risque de verser mon sang pour le bien de ma communauté, la deuxième sortie en blanc pour signifier notre devoir de rester pur, de rester un Homme de paix. La troisième et dernière sortie en habit multicolores pour dire que nous sommes dans ce monde avec ces couleurs différentes, avec ces tendances différentes et nous devons travailler aux côtés de toutes et tous pour maintenir notre village, notre ville, notre pays beau car riche de ses couleurs. Vous pouvez lire les détails de Nabaasga en allant sur Google et tapez Nabaasga de Naaba saaga 1er de Issouka. Comme pour coïncidence le thème de mon Nabaasga de cette année.

Le rôle du chef traditionnel est d’appeler à la construction et à la solidification d’une cohésion sociale qui est la capacité d’une société à assurer le bien-être de tous ses membres, en réduisant les disparités et en évitant la marginalisation.

Pour aider à calmer Koudougou qui est une ville qui possède un fort caractère, nous avons créé une Association dénommé SONGNAAM qui est totalement apolitique et qui écoute toute la sensibilité vivante à Koudougou surtout pendant les moments les plus tourmentés.

Nous sommes fiers de ce que notre Association a fait pour Koudougou car chaque weekend nous avons une rencontre avec les jeunes, élèves, étudiants. Je vous remercie au nom des chefs de Koudougou car nos enseignements ont été respectés. L’Université de Koudougou est un exemple de paix et de réussite. Nous sommes fiers d’avoir contribué à ce résultat.

Nous croyons profondément que nous ne pourrons résoudre les problèmes de notre temps que si nous les résolvons ensemble, que nous ne pourrons parfaire l’union et la solidarité que si nous comprenons que nous avons tous une histoire différente mais que nous partageons les mêmes espoirs. Qu’il soit dit aux enfants de nos enfants que lorsque nous avons été mis à l’épreuve, nous avons refusé de sombrer, nous n’avons pas tourné le dos ni faibli.

Que devons-nous faire en nous fondant sur la tradition ?

  1. Nos parents à notre naissance nous ont donné des prénoms qui portent des grandes significations traditionnelles. Par moment même des programmes de vie qui nous orientent, qui font que l’on nous respecte, et que nous respectons les autres, que nous respectons l’environnement, que nous respectons notre pays. Pourquoi avons-nous honte de les porter aux cotes de nos prénoms chrétiens, Musulmans ?
  2. La tradition peut-elle vous aider à vivre bien votre Foi étant entendu que la tradition Juive a bien influencé notre foi de Chrétien et de Musulman ?
  3. Pensez-vous pouvoir prendre de votre temps pour rendre visite à votre chef de village une fois de retour chez vous pour apprendre de votre vraie identité ?
  4. Que doit être la part de la tradition dans votre famille, dans votre engagement de citoyen, dans votre village, votre pays  ?

Avancez dans le monde dit moderne en essayant de ne pas oublier encore moins renier ou mépriser nos racines, nos traditions.

Puisse notre ancêtre qui est le Pape Saint Jean Paull II, initiateur des JNJ nous aider à bien assumer nos responsabilités sociales cohésives. Retournons dans nos familles, nos lieux de travail, nos lieux de formation, d’apprentissage et d’éducation ; retournons à nos organisations politiques, syndicales, retournons tous à ces endroits qui sont les nôtres avec l’immense devoir de travail, d’unité pour la construction de cette cohésion sociale. Votre exemple, notre exemple seront les raisons de notre fierté et nos succès seront les ferments de notre espérance. «Alors recherchez toujours la paix pour le Burkina et l’Afrique, pays où Dieu vous a établi, en vous inspirant beaucoup de la tradition ».

Délivré en la Cathédrale de Ouagadougou le 2 Aout 2018

Naaba Saaga1er de Issouka (Koudougou)

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Facebook.:Naaba Saaga1er

www.rayimi.org

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir