Articles

Visite du consulat du Royaume de Belgique à Issouka

Aoû 25 2018

Le mardi 18 juillet, le consulat de la Belgique Madame Noélie DISPA a rendu visite au chef d'Issouka Naaba Saaga 1er à Koudougou. Une visite ponctuée par une audience et un parcours guidé du palais royal et du musée Rayimi ainsi que des échanges avec l'Association des chefs traditionnels de Koudougou : SONGNAAM .

 J’ai été impressionnée par la chaleur humaine'' Noélie DISPA, consul du royaume  de Belgique au Burkina Faso. 

  Accompagnée de son époux Frédéric, Madame le Consul a expliqué à ses hôtes du jour, le rôle de sa fonction auprès de l’Ambassade du Royaume de Belgique à Ouagadougou. Pour être a l’air du temps le porte-parole des chefs a félicité l’équipe nationale de football de la Belgique pour son brillant parcourt lors de la coupe du monde qui vient de prendre fin en Russie. Les Chefs ont remercié la Belgique pour la coopération dynamique qu’elle entretien avec le Burkina Faso tout en souhaitant que la ville de Koudougou devienne une préoccupation dans les programmes de Coopération à venir.

Noélie DISPA  a passé un après-midi de mardi 18 juillet enrichissant au palais d'Issouka à Koudougou. Un séjour qui lui a permis de découvrir des pans de la culture des habitants de Koudougou et ses environs. De l'arrivée des premiers habitants à Koudougou et leurs activités en passant par l’implantation des religions et le rôle des chefs traditionnels dans la société. « Cette visite a été encore une occasion d’être impressionnée à nouveau par la chaleur humaine au Burkina Faso. Elle m'a permis de voir la différence entre les traditions de la Belgique et celles du Burkina Faso. La notre est différente de ce que j'ai pu voir et écouter. Ici on touche à des coutumes qui nous sont étrangères. Être reçue en audience avec le chef d'Issouka lui-même et les autres chefs qui l'entourent est impressionnant » s'est réjouie le consul. A propos du rôle des chefs traditionnels dans la société Noélie DISPA a affirmé que ‘’ c'est quelque chose qu’on ne connaît pas chez nous, on a l'aspect politique que vous connaissez mais cette relation avec le traditionnel c'est quelque chose qu’on a un perdu’’. Elle reconnait que le partage de cette approche avec d'autres pays contribuera à absorber de nombreux conflits qui secouent des fois nos sociétés.  

             Noélie DISPA a été également ‘’chargée'' d'une mission par son ambassadeur à savoir arroser un arbre qu'il a planté en 2016 lors d'une visite au palais. « J'ai été chargée de venir arroser ce manguier et me rassurer qu’il se porte bien » a-t-elle ajouté. Ce séjour a permis au consulat de visiter la bibliothèque Clemence COLL dont le chef d'Issouka en avait parlé lors de son invitation à découvrir le palais et le musée. Un musée dont elle gardera de bons souvenirs. « ce n’est pas toujours facile de rencontrer des musées au Burkina Faso. Avoir l’occasion de visiter un musée et bien accompagné par le guide Patrick Rossi avec toutes les explications sur les coutumes dans cette partie du pays, la chefferie traditionnelle et l’influence du coton dans le pays. C'était vraiment intéressant pour nous. Je souhaite un bon développement de cette belle bibliothèque et de ce musée c'est un bon projet qu’un chef peut réaliser pour sa population surtout les enfants et les jeunes » a t’confié Noélie DISPA. 

     Au cours des échanges avec les 11 chefs traditionnels qui l'ont accueillie, elle s'est informée sur les activités de SONGNAAM (aider la chefferie traditionnelle en mooré), Associations des chefs traditionnels de la ville de Koudougou qui œuvre dans des activités de sensibilisation et d'information des populations. Pour être impartial comme doit l'être un chef traditionnel, tous ces derniers refusent de s'engager en politique.

La visite de Madame le Consul s’est terminée par une rencontre avec le styliste Francois Premier dans son   Unité semi industrielle de manufacture des produits 100% coton Burkinabè fabriqué à Koudougou, 

                               

 

Sabouna OUEDRAOGO

 Communication Chefferie

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir