La mairie chez le chef d’Issouka

Après sa prise de fonction le maire de la commune de Koudougou, Mocktar Maurice Zongo  et les adjoints au maire ont rendu une visite de courtoisie à sa majesté  Naaba Saaga 1er chef d’Issouka  Président par ailleurs de l’Association SONGNAAM de Koudougou, le samedi 09 juillet 2016. Objectif, solliciter la bénédiction et l’accompagnement de la chefferie traditionnelle de Koudougou pour mener à bien son mandat.

« Ce matin nous avons effectué une visite de courtoisie à sa majesté le Naaba Saaga 1er d’issouka pour lui présenter l’équipe exécutif du conseil municipale de Koudougou pour lui demander toutes ses bénédictions et celles  de son Association SONGNAAM pour nous permettre de mener à bien notre mission pour l’intérêt de Koudougou et le développement intégral de la ville», a confié Mocktar Maurice Zongo a l’issue de son audience. Comme à son habitude Naaba Saaga 1er a donné des conseils de sagesse à ses hôtes, reconnait le maire. « Ces conseils tendent à faire en sorte que  notre ville retrouve son lustre d’antan.  C’est-à-dire une ville de paix résolument tournée vers le développement. L’atteinte de cette ambition passe par  la solidarité, la cohésion entre les fils et filles de Koudougou. Pour la  participation de ces derniers à l’essor de la commune, donc il nous a demandé de privilégier le dialogue, la concertation dans tous ce que nous allons entreprendre pour la ville de Koudougou » a affirmé Mocktar Zongo.

On le sait chez nous au Burkina, la chefferie joue un rôle important dans la résolution de certains conflits là où souvent l’administration n’y parvient pas. « La chefferie coutumière ou traditionnelle reste l’âme de notre culture. C’est une complémentarité avec l’administration. Nous allons venir toujours nuit et jour vers eux pour qu’ils nous aident avec leurs conseils et bénédictions pour nous permettre de mener à bien nos activités. Une ville ne se gère pas seulement sur les épaules des élus locaux. Il faut la participation des responsables religieux, coutumières et traditionnelles».  Mocktar a souligné que son mandat sera placé sous le signe du rassemblement de toutes les personnes ressources.

Pour ce qui est de l’état actuel de la mairie son nouveau locataire  affirme quelle se porte bien. Tous les services fonctionnent normalement et c’est à nous de savoir bâtir notre héritage sur ce fondement qui existe déjà et ce fondement va nous permettre de trouver les voies et moyens pour mettre en œuvre le plan de développement. La visite à sa majesté par le maire et ses adjoints rentre dans une campagne de présentation entamée depuis l’installation du maire.   « Je viens de prendre fonction et nous avons entamé les prises de contact avec les responsables  Traditionnels et coutumiers ainsi qu’avec tous nos partenaires sociaux ».

Naaba Saaga1er était entouré des autres chefs de la ville membres de l’Association SONGNAAM dont l’objectif est de travailler aux cotes de l’administration et plus précisément celles et ceux de la Commune de Koudougou

 

L’Ambassadeur de la Belgique et son épouse découvre les trésors du passé à d'Issouka

L'Ambassadeur du Royaume de Belgique , Son Excellence, Lieven de la Marche accompagné de son épouse, était au Palais de Maasmè, de Issouka à Koudougou le mercredi 13 juillet 2016. Audience avec Naaba Saaga1er, visite du musée Rayimi et échanges avec des acteurs du développement ont ponctués cette visite.

Monsieur Lieven De La Marche connaît bien la ville de Koudougou pour y avoir déjà résidé quelques années auparavant, comme animateur de projet visant à améliorer le rendement agricole dans la région du Centre-Ouest, il avait apporté ainsi son expertise à cette initiative dans le cadre de la Coopération Belge.  Il revient quelques années plus tard en qualité d’Ambassadeur de son pays : La Belgique 

Nous sommes venus à Koudougou pour différentes raisons. Nous avons d’abord rencontré une communauté de jeunes belges qui se trouve ici pour un reboisement  avec les jeunes burkinabé. Aussi  nous avons saisi l’occasion pour visiter quelques projets financés par notre pays la Belgique. Nous avons voulu saisir cette opportunité pour venir  visiter le Site de Maasmè composé du Palais, du Musée Rayimi et de la Place Naaba Boulgo et de m’imprégner de la tradition et de la culture de cette ville du  Burkina Faso : de Koudougou. Une tradition qu’il est important de préserver absolument. Lieven De La Marche s'est dit très impressionné par tout ce qui lui a été donné d'observer à Maasmè surtout venant d'une initiative privée. "Je pense que c’est très important de préserver la tradition du Burkina Faso de Koudougou et d’Issouka. 

Je ne peux que saluer son effort et j’espère que ça va s’élargir et continuer dans le futur. C’est un facteur important surtout que c’est une chefferie qui sait s'adapter au monde du moment tout en conservant les valeurs des ancêtres. Cette initiative de Musée essaie de compléter ce qui existe au niveau de l’Etat et aide assurément au développement de la ville de Koudougou. Le Chef aidé par d’autres, travaille aussi à la réconciliation des personnes ou des groupes sociaux aux intérêts divergents. Surtout que cela se fait lorsque les autorités n'y arrivent pas. J'estime que c’est très important cette façon d'appuyer le développement local pour le bien être des communautés" a renchéri l'hôte de Issouka. 

A propos de la force de la chefferie traditionnelle au Burkina Faso l'Ambasseur croit que ce sont des valeurs que l’on a perdues dans les pays européens même si certains comme la Belgique a aussi des façons locales de gérer les choses. Pour lui l’action de la Chefferie d’Issouka  reste un exemple sur lequel d’autres pays peuvent s’en inspirer et pourquoi pas le Royaume de Belgique ?


Notons que le chef d'Issouka Naaba Saaga 1er a associé les directeurs régionaux de la culture, de l'action sociale et de la banque de sang à la séance d'échange. "Notre objectif en associant ces directeurs, c'est de voir si la Belgique directement ou indirectement peut porter des initiatives de ces structures pour aider à améliorer le bien-être des populations de la ville de Koudougou" a soutenu le locataire du palais d'Issouka qui entend désormais offrir ces opportunités aux responsables locales qui pourront à chaque fois présenter des projets aux illustres visiteurs du Musée RAYIMI. Son Excellence a planté avec le Chef un Manguier qui portera de bons fruits et restera ainsi le souvenir visible de cette importante visite pour les jeunes générations.

 

                                                                                Sabouna OUEDRAOGO

                                                                                   Communication Chefferie

 

Un trophée d’honneur à Naaba Saaga 1er

Le Bureau burkinabè du droit d’auteur a remis un trophée au chef d’Issouka Naaba Saaga 1er le samedi 27 octobre dernier à son palais à Koudougou. Un acte de reconnaissance pour ses efforts dans la promotion de culture.

Toute l’équipe du bureau burkinabè du droit d’auteur (BBDA) conduite par son directeur général Wahabou Bara s’est rendue au palais  du chef d’Issouka à Koudougou pour remettre un trophée au propriétaire des lieux, Naaba Saaga 1er.  Pour Wahabou Bara, le BBDA mène un combat pour rehausser les recettes dont la finalité est d’aider les artistes à vivre décemment. ‘’ Sur le continent africain, les droits d’auteur constitue en termes de collecte moins de 1% des recettes mondiales. L’une des causes principale de cette faible collecte est liée à la faible culture du droit d’auteur’’ rappelle le directeur général de BBDA.  Selon lui, ce trophée est une reconnaissance à Naaba Saaga 1er pour ses  efforts  en faveur de la valorisation de la culture. ‘’Le musée Rayimi d’Issouka constitue un tremplin pour la diffusion des œuvres d’art. Au-delà de l’aspect historique que constitue ce palais et son musée, ces lieux sont un vecteur de diffusion des œuvres d’art et pour tous ces efforts consentis, nous pensons qu’il fallait décerner un trophée à sa majesté le chef d’Issouka pour l’encourager dans cette dynamique’’, explique Wahabou Bara.

Du droit d’auteur, Naaba Saaga 1er dit en savoir quelque chose. ‘’ Nous avons toujours eu des griots à nos côtés. Ces derniers ont toujours été rémunérés soit par nous-même ou par d’autres personnes. Ça, ce sont les droits d’auteur tout traditionnels. Nous avons d’une conscience élevée de ce que vous faites pour améliorer le bien-être de ces acteurs, a affirmé le chef d’Issouka qui s’est réjoui de cette distinction honorifique. Il a invité les acteurs à explorer cette approche traditionnelle qui être une solution à la question des paiements des droits d’auteur par les consommateurs. ‘’Vous avez eu l’intelligence de revenir à la tradition. Avant l’arrivée des blancs et aux lois modernes, nous avions nos approches dans ce sens. Si vous revenez à la source,  à vos racines à la tradition, il est certain que vous dénicherez d’autres éléments et méthodes qui vont vous enrichir et vous permettre d’atteindre vos objectifs, a soutenu le chef d’Issouka Naaba Saaga 1er qui s’est dit disposé à accompagner le BBDA dans cette sensibilisation pour la culture du droit d’auteur.

 

 

Sabouna OUEDRAOGO

Communication chefferie d’Issouka