L’Ambassadeur de la Belgique et son épouse découvre les trésors du passé à d'Issouka

Fév 22 2013

L'Ambassadeur du Royaume de Belgique , Son Excellence, Lieven de la Marche accompagné de son épouse, était au Palais de Maasmè, de Issouka à Koudougou le mercredi 13 juillet 2016. Audience avec Naaba Saaga1er, visite du musée Rayimi et échanges avec des acteurs du développement ont ponctués cette visite.

Monsieur Lieven De La Marche connaît bien la ville de Koudougou pour y avoir déjà résidé quelques années auparavant, comme animateur de projet visant à améliorer le rendement agricole dans la région du Centre-Ouest, il avait apporté ainsi son expertise à cette initiative dans le cadre de la Coopération Belge.  Il revient quelques années plus tard en qualité d’Ambassadeur de son pays : La Belgique 

Nous sommes venus à Koudougou pour différentes raisons. Nous avons d’abord rencontré une communauté de jeunes belges qui se trouve ici pour un reboisement  avec les jeunes burkinabé. Aussi  nous avons saisi l’occasion pour visiter quelques projets financés par notre pays la Belgique. Nous avons voulu saisir cette opportunité pour venir  visiter le Site de Maasmè composé du Palais, du Musée Rayimi et de la Place Naaba Boulgo et de m’imprégner de la tradition et de la culture de cette ville du  Burkina Faso : de Koudougou. Une tradition qu’il est important de préserver absolument. Lieven De La Marche s'est dit très impressionné par tout ce qui lui a été donné d'observer à Maasmè surtout venant d'une initiative privée. "Je pense que c’est très important de préserver la tradition du Burkina Faso de Koudougou et d’Issouka. 

Je ne peux que saluer son effort et j’espère que ça va s’élargir et continuer dans le futur. C’est un facteur important surtout que c’est une chefferie qui sait s'adapter au monde du moment tout en conservant les valeurs des ancêtres. Cette initiative de Musée essaie de compléter ce qui existe au niveau de l’Etat et aide assurément au développement de la ville de Koudougou. Le Chef aidé par d’autres, travaille aussi à la réconciliation des personnes ou des groupes sociaux aux intérêts divergents. Surtout que cela se fait lorsque les autorités n'y arrivent pas. J'estime que c’est très important cette façon d'appuyer le développement local pour le bien être des communautés" a renchéri l'hôte de Issouka. 

A propos de la force de la chefferie traditionnelle au Burkina Faso l'Ambasseur croit que ce sont des valeurs que l’on a perdues dans les pays européens même si certains comme la Belgique a aussi des façons locales de gérer les choses. Pour lui l’action de la Chefferie d’Issouka  reste un exemple sur lequel d’autres pays peuvent s’en inspirer et pourquoi pas le Royaume de Belgique ?


Notons que le chef d'Issouka Naaba Saaga 1er a associé les directeurs régionaux de la culture, de l'action sociale et de la banque de sang à la séance d'échange. "Notre objectif en associant ces directeurs, c'est de voir si la Belgique directement ou indirectement peut porter des initiatives de ces structures pour aider à améliorer le bien-être des populations de la ville de Koudougou" a soutenu le locataire du palais d'Issouka qui entend désormais offrir ces opportunités aux responsables locales qui pourront à chaque fois présenter des projets aux illustres visiteurs du Musée RAYIMI. Son Excellence a planté avec le Chef un Manguier qui portera de bons fruits et restera ainsi le souvenir visible de cette importante visite pour les jeunes générations.

 

                                                                                Sabouna OUEDRAOGO

                                                                                   Communication Chefferie

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir